jeudi 5 juillet 2007

Les jardins d'Assy

L'hôtel d'Assy (voir les billets précédents) a également sa façade sur le jardin !

Lorsque Jean-Pierre Chaillon de Jonville, receveur général des finances à Caen, en fait l'acquisition le 20 mai 1706 pour 55000 livres, il égalise son terrain en achetant 2 ans plus tard les parcelles au prince de Soubise et y fait construire une petite aile bordant la cour gauche et couverte en terrasse à la hauteur de la colonnade (image ci dessous).

À sa mort, un partage du 2 juin 1723 attribue la maison à sa fille Marie-Marguerite, femme de Jean-Baptiste Voyle de la Garde, conseiller du roi. Puis, devenue veuve, elle la vend le 29 juillet 1729 pour 117000 livres au président Louis-Guillaume de Chavaudon, seigneur de Montmagny et de Sainte-Maure. C'est lui qui fit construire un aile couverte d'une terrasse au dessus du premier étage qui ferme le quatrième côté de la cour qu'elle sépare du jardin.

Les balcons de l'appartement de l'étage portent le chiffre C.M (Chauvaudon de Montmagny).

Le jardin actuel est un havre de paix en été où viennent de temps à autre se prélasser les agents des Archives qui y organisent de sympathiques après-midis (avec l'accord du directeur va sans dire)…


Dans un prochain billet nous verrons un autre aspect de l'hôtel d'Assy : le salon décoré par Oppenord, une merveille du décor rocaille.

2 commentaires:

kodama a dit…

Bon. Est-ce qu'un agent des Archives de classe exceptionnelle peut m'expliquer pourquoi, oui pourquoi on voit pas sur la table de pique nique le crâne de Guillaume-Germain Henry dit Raffia, 16 ans et chef d’une bande de voleurs à main armée, jugé en 1731-1732 et exécuté le 8 mars 1732 ? Boirait-on dans ce hâvre herbu le cidre au goûlot ? Pasque que y'a pas de verres non plus ... quelle époque !

Danis a dit…

Bien vu ! Toujours d'aussi de bonne humeur et pleine d'humour et d'à propos. Je n'avais pas remarqué l'absence des verres...:D