jeudi 26 juillet 2007

Les dossiers de proposition pour la Légion d’honneur


La base Leonore est la base la plus consultée accessible sur le site internet des Archives nationales (Paris). Elle contient 213372 notices des dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur depuis la création de l'Ordre et décédés avant 1954.

La Légion d’honneur a été créée par le Premier Consul le 19 mai 1802 pour récompenser les mérites civils et militaires en temps de paix ou de guerre. À partir de 1809, le chef de l’État a été de droit chef de la Légion et président du conseil d’administration. En 1814, le grand conseil, les cohortes et la grande trésorerie sont supprimées et la Légion est pour la première fois appelée "ordre" dans un texte législatif. L’ordonnance organique du 26 mars 1816 commence à donner à la Légion d’honneur son organisation actuelle. Louis XVIII prend le nom de "chef souverain et grand-maître de la Légion d’honneur".

Avec un collègue, nous classons sommes en ce moment un versement de 2002 composé d'une centaine de cartons.

Rappelons que les premiers dossiers de légionnaires conservés aux Archives nationales ont été versés par la Grande Chancellerie à partir de 1974 et que ce fonds présente des lacunes dues à des pertes d’origine diverse.

Ainsi, les dossiers du Premier Empire ont été presque entièrement détruits à la Restauration et seuls ont été préservés ceux des membres ayant prêté serment à Louis XVIII ; de la même façon, en 1871, au moment de la Commune, un certain nombre de dossiers a été perdu et seuls échappèrent les dossiers qui avaient été entreposés dans la cave à charbon (!) du palais de Salm suite aux travaux d’agrandissement entrepris à partir de 1868 à la Grande Chancellerie.

Ce sont donc vraisemblablement ces dossiers qui furent versés en 2002 par la Grande Chancellerie aux Archives nationales (Paris) ainsi qu’un versement complémentaire de dossiers individuels de discipline et de secours, de propositions collectives et individuelles sauvés de l'incendie du palais de Salm, le 23 mai 1871, et conservés depuis au Musée de la Légion d'honneur.

Ces dossiers de propositions, plus riches que le dossier final, se composent de fiches de renseignements remplies par les candidats, donnant des informations sur leur état civil (nom, prénoms, date et lieu de naissance), et leur formation, sur leurs services militaires, sur les diverses situations qu’ils ont occupées, sur leurs services dans les établissements de bienfaisance, commissions, comités, chambres syndicales, leurs publications, titres littéraires, scientifiques, artistiques, etc., les services extraordinaires qu’ils ont rendus, notamment leur participation aux guerres, etc., l’organisation, jury, comité d’installation, etc. d’expositions nationales ou internationales, les récompenses obtenues, leurs distinctions honorifiques, etc.
Il est amusant de lire les suppliques des candidats à cette récompense, j'ai pris la première qui m'est tombée sous la main (vraiment par hasard) et voici ce que je lis :


Moulins le 13 mars 1810


À son Excellence Monseigneur le comte de Lacépède, Grand chancelier de la Légion d'honneur, ministre d'État, etc.


Monseigneur.


Me serait-il permis, sans recourir le reproche d'importuner votre Excellence, de rappeler à son Souvenir l'intérêt qu'elle a daigné prendre à un ancien officier, qui, depuis longtemps, aspire à la décoration de la Légion d'honneur, et dont tous les vœux seraient comblés s'il parvenait à l'obtenir !
Dès le 31 mai 1807, Mr le Général Dufour voulut bien m'appuyer de son suffrage auprès de votre Excellence, etc. [suit la liste des batailles dont celle de Marengo]…
Daignez agréer, Monseigneur, l'hommage du profond respect avec lequel je suis.


Signé : le très humble et très obéissant serviteur P…


…tout un art le cirage des pompes !

5 commentaires:

Jean Pierre Jacob a dit…

Amusante, la base Leonore: 90 titulaires portent mon patronyme, aucun dans ma famille; je respire:le cirage de pompes n'est apparemment pas une tradition familiale.

Et puis, en plus, je prends beaucoup de plaisir à vous lire.
JPJ

kodama a dit…

Léonore, elle est en or
Léonard porte une barbe noire
Léontine fait la cuisine
Monsieur Gaston s'occupe du ... Euh ... je m'égare, là non ?

C'est où qu'on achète le cirage ? pour les pompes.
Daignez agréer, Monseigneur, l'hommage du profond respect avec lequel je suis vos dossiers.

Danis a dit…

Merci Léontine et JPJ, j'ai encore trouvé une supplique qui, elle, bat tous les records, je me demande si je la publie ou non, je réfléchis...

s-fontenay a dit…

Alors, a-t-elle été publiée finalement ?

Petite remarque : si on n'a conservé que les dossiers des légionnaires ralliés à Louis XVIII, ça doit en faire une bonne proportion tout de même. En 1814 et 1815, le retournement de veste est un peu devenu le sport national, ne l'oublions pas...

Danis a dit…

C'est vrai, on retournait facilement la veste (redingote serait plus approprié) à cette époque, un peu comme à notre époque au reste avec notre actuel Louis XIV, président de la République.