jeudi 10 juillet 2008

L’amitié franco-russe

Voici sa carte de visite «Adrien Blandignère, aède toulousain franco-russe, décoré de la Lyre du Grand empereur Auguste par la Société de secours mutuels de la Turbie, ancien chef d’ambulance à l’armée de la Loire, 14 ans de service, etc.». [ça commence fort !]

Voici sa photographie, elle ressemble un peu à celle de Jean Dirassen (voir notre billet sur lui), mais ici, il y a tellement de médailles sur son torse qu’on en retrouve jusqu’à dans ses fouilles (notez la grosse médaille accrochée à sa poche gauche !).

Contenant très peu de pièces officielles ou justificatives, son dossier de proposition de la Légion d’honneur conservé en LH/3194 est en revanche rempli d’odes de toutes sortes (à la paix, au prince de Monaco, au pape Pie X, à Aristide Briand, à Clemenceau, à Viviani, au général Picquart, etc.), de poèmes réalistes ou d’amour :

«Mon cœur a tressailli d’espoir et de tendresse
En te voyant si belle Astre du beau séjour
Et je viens plein de flamme et de suave ivresse
Déposer à tes pieds mon immortel amour!, etc.»

ou encore

«En inscrivant mon nom sur ton cher portefeuille
Tu viens de me causer le plus des plaisirs
L’honneur que tu me fais m’émeut, je me recueille
A l’étude je veux consacrer mes loisirs!, etc.»

On y trouve aussi de nombreux textes de chansons, d’acrostiches et de prospectus :
«Avis : les œuvres complètes de Adrien Blandignère paraîtront prochainement en un magnifique recueil qui aura pour titre : Les Fleurs de mon jardin».

(L'Équilibre européen - Hymne franco-russe)

On y trouve également des coupures de presse que notre Blandignère envoie comme pièces justificatives de ces exploits. En voici un extrait d’un journal non identifié et non daté, faut-il le lire avec beaucoup de recul, je n’en sais rien, mais toujours est-il que Blandignère semble le prendre au 1er dégré :

«titre de l’article : L’aède Blandignère décoré
corps de l’article : (…) est arrivé M. Adrien Blandignère, aède fanco-russe, dont la physionomie a une originalité à laquelle peu de personnes peuvent prétendre. Dès son apparition, la gaîté a éclairé tous les visages, et une cérémonie a été organisée pour remettre à l’aède la médaille du grand empereur Auguste, etc.

(…)

[il] est radieux, son chapeau haute forme prend des allures d’auréole select, comme fond, deux drapeaux sont croisés derrière sa tête et le président pose, sur cette poitrine d’aède, la médaille etc. (…) en somme la cérémonie a été amusante, etc.».

Son dossier nous apprend qu’au moment de sa demande, il habite villa Jioffredy à Beausoleil (Alpes-Maritimes) et a fait la campagne de 1870 comme caporal de la 8e section d’infirmiers et chef d’ambulance, il est né le 9 avril 1841 à Puylaurens dans le Tarn. Etonné de n’avoir reçu aucune réponse de la Grande chancellerie il s’empresse d’écrire au général Florentin cette lettre datée du 19 septembre 1914 (sans doute sa dernière lettre puisqu’on perd ensuite sa trace).

«Mon général
(…) j’ai été vivement étonné d’apprendre aujourd’hui seulement que je n’avais pas été encore nommé chevalier de la Légion d’honneur le 30 juillet dernier comme je le croyais [mais] c’était un homonyme qui avait été élu.
[pas de bol !]

(…)

Je viens vous prier mon Général, d’être assez bon de m’informer par un seul mot de bienveillante réponse si vous croyez que je puisse espérer d’atteindre à ce grand résultat quelque temps après la fin de la présente guerre, etc.».

Il n'obtiendra pas sa médaille de la Légion d'honneur. Une simple note sur le dossier indique «répondu à Blandignère qu’il ne peut figurer dans les propositions (…), quant aux pièces qu’il avait envoyées [il y en plus d’une centaine !] c’est à lui exclusivement qu’il appartient [de les récupérer].

Sale temps pour les poètes !

3 commentaires:

Jean Pierre Jacob a dit…

C'est un personnage touchant et délicieux...et que n'écrirait-on pas pour avoir la Légion d'Honneur....
Il y a tout de même une certaine naîveté innocente chez ce genre de personne, et cela fait sans doute le charme de cette série d'archives que j'ai beaucoup de plaisir à suivre.

Danis a dit…

Merci de vos encouragements J-P-J.
Je ne suis qu'à la lettre B, d'autres suivront, j'en suis persuadé.
D

Sté a dit…

Décidément, ces billets sur les propositions de Légion d'Honneur donnent l'impression que plus on en faisait, moins on avait de chance d'être nommé. Ou plus on avait un dossier original, plus on risquait d'être refusé. Pas de prime au sourire, en somme.
Quand sera arrivée la lettre Z, on pourra peut-être confirmer ou infirmer cette, comment dire... proposition de ma part.