lundi 9 février 2015

Penser/Classer/Administrer...les collections techniques, les instruments scientifiques, etc.


Aujourd’hui je fais la promotion d’un séminaire auquel je vais sans doute assister ce vendredi 13 février à la salle 204 du bâtiment Olympe de Gouges de l’Université Paris 7 sur la manière de penser et de classer les collections techniques (objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages, etc.).

On s’interroge toujours sur les conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est constituée une «collection», qui par définition est une «réunion» hétéroclitique de tout et n’importe. Les questions sur son inventaire et son catalogage se poseront alors inéluctablement (comment identifier ? comment désigner tel article, tel objet, etc.).

Sans compter que, plus on collecte (dans tous les domaines : botanique, archéologie, ethnologie, etc.), plus les questions de rangement se poseront (comment aussi penser à une logique de classement pour éviter le désordre et donc la perte de ces objets).

Sans compter aussi, et là je reprends le prospectus de ce séminaire, les chercheurs qui étudient ces collections techniques sont souvent amenés à mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution...tout ça a l’air très intéressant.

Voici donc le menu de cette demi-journée (la première séance commençant à 14h30) et leurs différents intervenants :

Les classifications des instruments scientifiques 
 
Armelle Le Goff (Archives nationales), Denis Lamy et Jacqueline Léopold (Muséum national d'histoire naturelle) : présentation du livre dirigé par Bertrand Daugeron et Armelle Le Goff, Penser/classer/administrer. Pour une histoire croisée des collections, Paris, CTHS / MNHN, 2014.

Alexi Baker (CRASSH & History and Philosophy of Science, University of Cambridge): “Instruments of early modern London: urban manufacture, transnational use, and modern (mis)representation”.

Cela me fait penser que depuis le temps que je voulais faire la promotion de l’ouvrage « Penser/Classer/Administrer : pour une histoire croisée des collections », je le ferai sans doute après avoir entendu les intervenants vendredi.

A suivre donc...

Aucun commentaire: